Photo : Faro Faro © Mikro
Faro Faro
Compagnie N'Soleh
(Côte d'Ivoire)
Virtuosité de la danse sur un ring urbain à yopougon
Parions déjà que ce travail de l'Ivoirien Massidi Adiatou aura le même impact que le D-Construction de la Compagnie Dyptik en 2019… Entre univers de la danse hip-hop et interrogations sur les danses urbaines d'Afrique, le chorégraphe imagine un ring de boxe dans la banlieue populaire de Yopougon à Abidjan, où se mêlerait cultures de la sape et de la danse dans un bal improbable synthétisant les influences et les traditions. Cette battle d'un style unique mêle break-dance, coupé-décalé, arts martiaux, acrobaties et danses traditionnelles africaines avec virtuosité et une énergie communicative.

Un soir d’été en Côte d’Ivoire, à Abidjan, dans une banlieue de la commune de Yopougon. Un ring de boxe se dresse dans une ruelle chaude, pleine de monde et de couleurs. S’y pressent des femmes et des hommes splendides en tenues d’apparats. Ces belles de nuit et ces sapeurs sont rejoints par des groupes de motards danseurs, des jets setters, des boucantiers, des DJs. Chacun se surpassera sur le ring dans une démonstration de mouvements issus de leurs cultures respectives.

Voici donc Faro Faro du chorégraphe, danseur et scénographe ivoirien Massidi Adiatou, ode à la multiplicité du quotidien, à l’énergie et à la puissance collective. Un ovni chorégraphique réjouissant et fascinant pour la virtuosité de ces danses d’inspiration urbaine, pour la célébration de la mode, de la frime et de la sape, pour l’éloge en mouvement de la diversité culturelle africaine. Un spectacle réunissant les concepts que le chorégraphe à réuni dans la création de la technique « Maspros », mêlant mouvements d’inspirations hip-hop, mode et épate, et permettant à chacun d’exprimer sa diversité́ culturelle dans un même travail collectif. Une manière d’être au monde qui éclate ici dans un véritable feu d’artifice de danses urbaines, d’acrobaties, de rapidité et de virtuosité.

BIOGRAPHIE

Compagnie N’Soleh

Né au Nigéria, puis réfugié en Côte d’Ivoire, le chorégraphe, danseur et scénographe Massidi Adiatou fait ses premiers à Abidjan devant les discothèques, bars, maquis, bals de quartier, se formant aux danses urbaines comme le smurf, le funk, le break dance, le soukous, le gnaman-gnaman, le ziguéhi, etc. Il fonde sa compagnie de danse N’Soleh en 1994 et remporte le 1er prix des Rencontres chorégraphiques de l’Afrique et de l’Océan indien avec Corps Actif (1997). Première distinction d’une longue série : meilleure chorégraphie au Concours de Danse Interafricaine (1998) et au Concours International de la Seine Saint-Denis (Bagnolet, 1999 et 2000), Prix d’excellence des Arts Vivants (Côte d’Ivoire, 2014), 8ème Jeux de la Francophonie (2018), etc. Avec sa compagne, la chorégraphe et danseuse haïtienne Jenny Mezile, il a également conçu la cérémonie d’ouverture de La Coupe d’Afrique des Nations (Mali 2002). La compagnie fait également de la formation continue sur les danses contemporaines et urbaines.

DISTRIBUTION

Direction artistique et chorégraphique : Massidi ADIATOU
Assistant-chorégraphe : Fernand IRIE
Scénographie et costumes : Massidi ADIATOU
Lumières : Fernand IRIE
Musicien : Seydou KIENOU
Danseurs et interprètes : Antoine ILBOUDO, Mariama ADIATU, Amankon Alex Jordan ADOU, David Martial AZOKOU, Media Thie BAKAYOKO, Zlangnan Sandrine BIEU, Bamoussa DIOMANDE, Gnahoua Christ-Junior DOGBOLE, Joulkanaya KIEBRE, Jean-Luc Stéphane TEHE
Photos-videos : Laurent DIBY, Alexis FOURNEL

samedi 03 juillet 2021
16:30 > 17:30
Parc du Thabor, Théâtre de Verdure, Rennes
dimanche 04 juillet 2021
18:30 > 19:30
Parc du Thabor, Théâtre de Verdure, Rennes

Gratuit • Sans réservation • Les portes ouvriront 30 minutes avant le début du spectacle.
Tout public
500 places
Renseignements au 02 99 32 56 56
cognitif moteur
LES TOMBÉES DE LA NUIT sont soutenues par La Ville de Rennes, La Région Bretagne, Le Département Ille-et-Vilaine et Le Ministère de la Culture.

© Les Tombées de la Nuit 2021 - Web : Made in Ben Belek