L’association
© DR

HISTORIQUE

C’est un peu l’histoire d’une vieille dame qui se réveille un bon matin avec l’envie de s’offrir une seconde jeunesse…

Après vingt années d’existence dans le giron de l’Office du Tourisme de Rennes et sous la direction emblématique de Jean-Bernard Vighetti, Les tombées de la nuit se métamorphosent en association loi 1901 et redeviennent, en 2003, un « jeune festival ». Mandaté par un bureau largement ouvert au monde « non-culturel », le nouveau directeur artistique, Claude Guinard, reprend en main la programmation avec son acolyte et conseiller artistique, le Bruxellois Philippe Kauffmann. On ne se contentera pas de rafraîchir peinture et papiers peints : un travail de rénovation de fond s’engage !

Il serait injuste d’exposer le propos en opposition. La nouvelle équipe a simplement le désir profond de faire avancer le festival autrement, de secouer le cocotier des habitudes en décloisonnant genres et disciplines, sans renier ce qui a fait ses preuves. Une constante : rechercher d’autres façons d’occuper l’espace public et de concevoir le rapport avec le spectateur.

L’idée a fait ses preuves sur les planches, les pavés et surtout, dans la tête d’un public qui suit et en redemande. Les tombées de la nuit sont restées un festival à haute fréquentation, ouvert mais fier de son enracinement rennais. Mélangeant les genres, torpillant le ronron des animations de rue, dynamitant les habitudes en multipliant rencontres et inventions, le festival innove sacrément, en gardant à l’esprit que tout le monde a sa place autour de la table. Sans la ramener, avec cette bonhomie bien vivante qui guérit de tout élitisme, Les Tombées de la Nuit affirment mine de rien que l’originalité et les chemins de traverse ont largement leur place dans les goûts du public.

Un cinglant et joyeux démenti pour tous les niveleurs par le bas !

En 2016, c’est cette toujours volonté de donner du sens, de mettre du doute et de l’inconnu dans cette aventure humaine partagée en complicité entre la ville, l’artiste et le spectateur, qui bouleverse Les Tombées de la nuit lorsque Claude Guinard et l’équipe décident de suivre l’aventure des Dimanche à Rennes proposé par la ville de Rennes.

Cette initiative de la ville a pour ambition de mettre en lumière les évènements culturels, sportifs, sociaux ayant lieu le dimanche à Rennes, et de favoriser le développement de nouveaux projets fédérateurs et créateurs de lien social sur cette journée spécifique.

Treize années d’aventures partagées entre les artistes, le territoire rennais et ses habitants, nous ont donné l’envie de poursuivre notre aventure en élargissant la période des rendez-vous tout au long de l’année, afin de pouvoir présenter des créations artistiques qui participeraient et soutiendraient la dynamique de Dimanche à Rennes.

L’expérience réussie d’un élargissement sur trois week-ends début juillet entre 2013 et 2016, nous a conforté dans l’envie de dépasser le cadre du festival d’été, pour envisager des étapes sous la formes de « rendez-vous du week-end » dans des ambiances et des contextes variables, articulés autour de la journée du dimanche.

Le projet s’est donc réinventé dans une nouvelle temporalité : dès le mois de mars 2016, des rendez-vous artistiques ont été proposés régulièrement tout au long de l’année. L’aventure s’est déployée autour des dimanches, et a permis de renforcer dans la continuité la relation fondamentale entre Artistes / Habitants / Territoire.

LE PROJET ASSOCIATIF

Les Tombées de la nuit sont un laboratoire d’expérimentation et d’exploration pour les nouvelles formes urbaines, encourageant la naissance de projets in-situ et in-vivo.

À la croisée entre territoire, art et population, Les Tombées de la nuit proposent des façons alternatives de réinventer le cadre de vie, de se réapproprier des lieux dans la ville et au-delà, d’insuffler le désir de façonner un espace partagé, de faire vivre au public une authentique expérience démocratique…

Il s’agit aussi de questionner les usages des lieux publics et leur appropriation par des interventions artistiques à l’échelle de la cité.

Ouvrir de nouvelles portes, rebattre les cartes, rompre des habitudes, accompagner au mieux les artistes, continuer à le faire collectivement et en équipe, éviter l’empilement, préserver la qualité et ne pas succomber au simple défi quantitatif, entretenir ce lien privilégié au territoire et ses habitants, poursuivre cette révélation poétique de la ville et de sa métropole, combattre l’évidence, privilégier le contenu autant que le contenant ! Revendiquer une part de doute…

« On s’éclate toute l’année »

La nouvelle temporalité des Tombées de la nuit a déployé les propositions artistiques tout au long de l’année, en axant résolument sa présence autour des dimanches, en s’inscrivant dans la dynamique portée dès 2015 par la Ville de Rennes autour de Dimanche à Rennes.

Plusieurs dimanches par an, l’équipe des Tombées de la Nuit a proposé une aventure dominicale particulière, où se mélangent propositions artistiques inédites, participation citoyenne et dialogue avec l’espace public.

Des rendez-vous à l’image de ce que développe le festival depuis ses débuts, permettant de créer la rencontre complice entre artistes, habitants et territoire.

Élargir la période de jeu, cela permet d’éviter la concentration de spectacles en un temps limité et donc les concurrences entre propositions artistiques… Chaque projet présenté indépendamment les uns des autres offre une meilleure respiration, et donc un autre rapport au spectateur. Plutôt que de passer d’un spectacle à un autre, chacun peut prendre le temps de laisser décanter ce qu’il vient de voir, laisser respirer, se laisser le temps de vivre son émotion…

MENU