Photo : Matt Elliott & Vacarme © Amelie Boutry
Matt Elliott & Vacarme
(Royaume-Uni / France)
Magnifique éloge de la félure, acoustique et folk
Le folk hanté de l'ancien leader de The Third Eye Foundation était venu chamboulé le théâtre du Vieux Saint-Etienne, aux Tombées de la Nuit 2007. Avec Pedro Soler en 2012, puis en solo l'an passé, Gaspar Claus avait déjà fait chaviré la Chapelle du Conservatoire. On les retrouve ensemble aujourd'hui (avec Carla Pallone et Christelle Lassort), collision entre le plus francophile des chanteurs de Bristol et le plus passionnant des trios « classiques » français actuels. Une rencontre unique où les murmures déchirants et le songwriting acoustique sans équivalent de Matt Elliott trouvent chaleur, refuge et compréhension au creux des ouïes des violons et violoncelle de Vacarme.

En neuf albums sous son nom, Matt Elliott est passé maître dans l’art des complaintes mélancoliques, pessimistes et dépouillées, des chansons-monde en forme d’éloges de la fêlure et de l’inévitable rupture, mâtinées d’influences slaves et tziganes. En quinze années, entre folk et folklore, le compositeur et guitariste de Bristol a balayé tous les recoins d’une musique hiératique et décharnée, sombre et expérimentale, comme suspendue à l’avènement d’un ciel d’orage, en perdition au cœur de l’océan.

En ouvrant sa musique au violoncelle de Gaspar Claus (Jim O’Rourke, Sufjan Stevens, Peter Von Poehl) et aux violons de Carla Pallone (Mansfield TYA) et Christelle Lassort (Narrow Terence), Matt Eliott a fait bien plus qu’élargir son univers à l’arrangement. Fans de longue date du bonhomme, les trois de Vacarme semblent révéler ici l’essence même de ses compositions aventureuses, austères et lyriques, en restant au plus près des mélodies.

À l’opposé de son univers solo très maîtrisé, il existe ici une grande part de liberté, d’improvisation, un droit aux hésitations, aux tâtonnements. En équilibre alors sur le fil de la rencontre, en funambule sur la magnifique collision entre ces deux mondes, ce concert donnera toute sa dimension dans l’écrin de la Chapelle du Conservatoire.

BIOGRAPHIE

> MATT ELLIOTT (Royaume-Uni]

D’abord, les années drum & bass à Bristol de The Third Eye Foundation (groupe qu’il a d’ailleurs retrouvé pour une tournée en 2015), où il travaille également comme remixer pour Amp, Hood, Yann Tiersen, Mogwai, Ulver, Tarwater, The Pastels ou Thurston Moore, etc. Puis, Matt Elliott s’exile en France et sort son premier album solo, The Mess We Made (2003, Domino), un folk ténébreux marquant une rupture complète avec l’électronique de ses années anglaises. Signé sur le label français Ici d’Ailleurs, qui l’accompagne encore aujourd’hui, suivront Drinking Songs (2005), Failing Songs (2006), Howling Songs (2008), Failed Songs (2009), The Broken Man (2011), Only Myocardial Infarction Can Break Your Heart (2013), The Calm Before (2016) et Songs of Resignation (2018).

> VACARME (France]

Formé en 2012 lors d’une résidence à Toulouse, le trio Vacarme, composé des violonistes Carla Pallone et Christelle Lassort et du violoncelliste Gaspar Claus, se retrouve un an plus tard au Printemps de Bourges pour adapter et accompagner Rover, Barbara Carlotti et Youssoupha, lors de trois concerts distincts. Puis, en 2017, pour une performance à la Philharmonie de Paris, lors de la Nuit Blanche, avant d’enregistrer un premier album éponyme (Vacarme, 2018) et de poursuivre des collaborations diverses avec Stranded Horse, Rone, Villeneuve & Morando, etc.

DISTRIBUTION

Guitare, voix : Matt Elliott
Violon : Carla Pallone
Violon : Christelle Lassort
Violoncelle : Gaspar Claus

samedi 06 juillet 2019
20:30 > 21:30
Chapelle du Conservatoire, Rue Hoche, Rennes
1h
5€ / 2€ Sortir !
Tout public
Station de Métro : Sainte-Anne • Lignes de Bus : C1,C5,9,51,70,71, arrêt place Hoche - 12, arrêt Fossés • Station Vélo : Place Hoche
RETOUR EN IMAGES
MENU
LES TOMBÉES DE LA NUIT sont soutenues par La Ville de Rennes, La Région Bretagne, Le Département Ille-et-Vilaine et Le Ministère de la Culture.

© Les Tombées de la Nuit 2019 - Web : Made in Ben Belek