Photo : © Visuel : Matthieu Debert
Édito 2021

Rennes le 10 juin 2021

« Plus rien ne s’oppose à la nuit »

Ce vers d’Alain Bashung dans Osez Joséphine résume à merveille le retour des Tombées de la Nuit ce jeudi 1er juillet : la fin du couvre-feu, le premier jour du déconfinement total et l’ouverture du festival avec Borealis de Dan Acher, aurore boréale illuminant, à la nuit tombée, le ciel de l’esplanade Charles-de-Gaulle, à l’endroit même où se situe le centre de vaccination de Rennes. Comme un hasard du calendrier, un croisement symbolique, un clin d’œil bienveillant que nous ferait enfin le contexte sanitaire pour cette soirée d’ouverture, pour cette première nuit d’expérience en vision douce, où chacun pourra trouver son rythme en admirant le ciel, redevenir maître d’un temps qui aura retrouvé un peu de sa liberté.

« Prendre le temps, prendre la liberté et inventer ensemble. » Ce vers fictif pourrait lui aussi résumer l’édition 2021. Édition qui, avouons-le, est encore bien loin d’un retour à la « normale », mais qui nous a permis de questionner et d’approfondir notre rôle et nos envies. En ouvrant d’abord à une temporalité plus longue que le temps historique du festival : soit quatre jours, du 1er au 4 juillet, suivis de propositions tout au long du mois, et même au-delà…En intégrant ensuite, à notre été, ce qui se fait dans la ville et autour, à ce moment si particulier de notre vie citoyenne et culturelle, des collaborations offrant de vrais espaces à d’autres acteurs rennais : le festival Autres Mesures pour sa Carte blanche avec le Yellow Magic Harpsichord et Marion Cousin & Kaumwald, l’Opéra avec L’Aplanatarium de Johann Le Guillerm, AY-ROOP pour Deal au théâtre du Vieux Saint-Étienne, le quartier de Maurepas avec ¡ Colectiva !, le quartier Sud-Gare et Travelling pour Red Line Crossers, Bécherel pour le collectif 49 701 et sa nouvelle création en chantier autour de Jean Giono…

Dans cette dynamique de territoire, l’édition 2021 présente beaucoup de spectacles de compagnies régionales, un accompagnement permettant d’honorer les engagements pris l’an passé et surtout, de ne pas dénaturer les projets. Plus que jamais, nous voulons affirmer les possibles de la notion d’expérience, pour le public comme pour les artistes, avec des propositions qui sortiront de terre tels des laboratoires, sans obligation de résultats. Il est l’heure d’inventer et de partager en tentative, dans ce temps passionnant et libérateur, détaché de la pression de l’achèvement. Il est l’heure de la simple et belle liberté de faire.

Bien sûr, nous privilégions l’utilisation des espaces ouverts et compatibles, des lieux pouvant être gérés dans les exigences sanitaires sans passer par les jauges imposées et les barrières. Pour trouver, à nouveau et plus encore, des espaces publics propices à la surprise, des organisations permettant l’imprévu et la découverte.

Nourrie de ce contexte si particulier, abreuvée au désir de se retrouver dans un espace public rendu à sa liberté, soumise à une volonté farouche de « faire » et de créer, cette édition particulière des Tombées de la Nuit s’affirme avant tout comme un joyeux moment de retrouvailles avec des artistes toujours à l’œuvre, quoi qu’il en soit, et un public toujours à l’écoute, avide de jouer et d’expérimenter.

Nous sommes ravis et heureux de vous retrouver enfin !
L’équipe des Tombées de la Nuit

LES TOMBÉES DE LA NUIT sont soutenues par La Ville de Rennes, La Région Bretagne, Le Département Ille-et-Vilaine et Le Ministère de la Culture.

© Les Tombées de la Nuit 2021