Photo © DR
Création 2016
Les Tombées de la Nuit présente
Projet Fantôme
Étienne Saglio Cie Monstre(S)
(France)
Magique et envoûtante apparition volante translucide

Présent lors du festival LES TOMBÉES DE LA NUIT (2011) en co-production pour sa magnifique installation « Le Silence du monde », suite de son « Soir des monstres », ÉTIENNE SAGLIO continue depuis à bousculer le petit monde de la magie nouvelle en frottant l’illusion avec le cirque, la chorégraphie, les arts plastiques et l’univers de Tim Burton. Le « Petit Prince de l’effet hallucinatoire » repart à l’aventure de sa magie nécromancienne baroque, minimale et furieusement poétique, avec ce nouveau FANTÔME, créé dans le cadre de Nuit Blanche à Paris en octobre dernier. Loin des salles de théâtre où il faisait évoluer les créatures de « Limbes » (2014), le magicien se confronte cette fois au réel des espaces publics (place, parc, halle) pour y créer un incroyable moment de fiction onirique et de rêverie poétique. Sa créature volante, volume évanescent en forme d’âme errante venue d’un autre monde, se déplace en chorégraphie dans les airs. Tour à tour ondulante et rapide, douce et électrique, éclairée de l’intérieur au milieu des voiles, diaphane et translucide, elle se métamorphose en quelques mouvements en créature aquatique des abysses. Puis retrouve soudainement la légèreté aérienne d’un fantôme romantique classique, nimbé dans ses draps de soie. Organique et vivant, aussi minimaliste que spectaculaire, ce FANTÔME a sa vie propre et nous entraîne dans une incroyable aventure chorégraphique en apesanteur, qui se joue des échelles comme des lois de la physique.

vendredi 01 janvier 2016 > samedi 31 décembre 2016
Place Saint-Germain, Rennes

Durée 30 min, et 1 fois par mois jusqu’en décembre 2016
Gratuit
Place Saint-Germain, Rennes
RETOUR EN IMAGES
SUR LE MÊME SUJET
MENU
LES TOMBÉES DE LA NUIT sont soutenues par La Ville de Rennes, La Région Bretagne, Le Département Ille-et-Vilaine et Le Ministère de la Culture.

© Les Tombées de la Nuit 2019 - Web : Made in Ben Belek