Photo © DR
Le dernier championnat de France de n’importe quoi
Cie 26000 Couverts

Décembre 2003, gymnase Bréquigny, 1er Championnat de France de N’importe Quoi. Décembre 2009, salle Colette Besson, Dernier Championnat de France de N’importe Quoi. Pour cette ultime tournée, les champions vont tout donner… Ou presque. Sans aucun dopage, sans le soutien du Comité Olympique qui les aura toujours boudé, mais avec celui d’un public de supporters toujours plus présent, ils auront tenu 7 ans ! Si vous ne l’avez pas encore fait, venez les supporter pour les ultimes représentations à Rennes ! C’est la fin d’une histoire, la mort d’un spectacle hors normes, joué partout en France et en Europe, à la rencontre de mondes aussi éloignés que ceux de Jacques Tati, Jackass, Monty Python ou Marx Brothers, qui marquera durablement le paysage artistique entre art de la rue et théâtre populaire. En présence d’un public installé dans les gradins d’un gymnase, mauvais joueurs, perdants récalcitrants, sportifs machos et autres arbitres jaloux entraînent les gags visuels au milieu des coups de sifflets stridents… Du roulidindin au lancé de sapins de Noël, en passant par la descente en kayak sur mobilier, la natation synchronisée sans eau ou le ski de fond en salle, les épreuves sont arbitrées par un jury improbable et un système de points assez obscur. Face à ce chaos d’actions absurdes, poétiques ou burlesques, la question de la règle commune se pose. Comment, et surtout pourquoi juger? Après tout, qu’est-ce qui est vraiment n’importe quoi? Sur la ligne d’arrivée, une performance théâtrale pour une équipée désuète mais sponsorisée (Moll Pan contre Endives du Nord) de 17 comédiens cascadeurs, qui érige l’absurde, le non-sens et le chaos en champions plausibles… Un spectacle incroyablement drôle à déguster en famille ! C’est décidé, une fois encore et une fois seulement, il y aura du sport à Noël ! Avis aux amateurs…

« Qui gagne à la fin? Le public, assurément, en état d’apesanteur pendant ce déraisonnable voyage »Télérama

« Avec ingéniosité, adresse et poésie, 26000 couverts parodie le sérieux du spectacle sportif et nous entraîne, l’air de rien, dans une remise en question des règles du jeu et des critères d’évaluation. Pour qu’on finisse par se dire que téléguider une plante verte dans un filet n’est pas plus absurde qu’un ballon poussé au fond d’un but. » Le Monde

« À un certain niveau de délire, décrire le 1er Championnat de n’importe quoi ne rime plus à rien. Ce qui n’est pas n’importe quoi, en revanche, c’est qu’on finit plié en deux. À Rennes, les dieux du stade sont devenus fous à lier et c’est à se tordre de rire… » Ouest France

DISTRIBUTION

Conception, mise en scène : Philippe Nicolle
Avec : Sébastien Chabane, Julien Colombet, Servane Deschamps, Alexandre Diaz, Pierre Dumur, Olivier Dureuil, Michel Mugnier, Florence Nicolle, Philippe Nicolle, Laurence Rossignol, Reinier Sagel, Anouk Vadot, Valérie Véril, Jacques Ville et la voix de Fred Toush.
À la régie : Daniel Scalliet
Construction : Michel Mugnier, Marc Chevillon, Alexandre Diaz et Sophie Deck
Costumes : Laurence Rossignol et Camille Perreau
Avec les étincelles de : Stéphane Filloque, Fred Toush, Julien Pillet, François Delarozière, Alain Pezard, Pierre Guillemen et Philippe Poisse.

Production : 26000 couverts
Coproduction : Chalon dans la rue/Abbatoir-Ville de Chalon-sur-Saône, Lieux Publics/Marseille, Atelier 231/Sotteville-les-Rouen, The’v/Vesoul, Les Invités/Villeurbanne, Y’a + de saisons/Développement Culturel de Rambouillet, Furies/Châlons-en-Champagne

Avec le soutien du Ministère de la Culture, Drac Bourgogne, ADAMI, Conseil Régional de Bourgogne, Ville de Dijon, Conseil Général de Côte d’Or, association Beaumarchais

dimanche 27 décembre 2009 > jeudi 31 décembre 2009
Salle Colette Besson, 12 Boulevard Albert 1er, Rennes
1h30
10€
Salle Colette Besson, 12 Boulevard Albert 1er, Rennes
SUR LE MÊME SUJET
MENU
LES TOMBÉES DE LA NUIT sont soutenues par La Ville de Rennes, La Région Bretagne, Le Département Ille-et-Vilaine et le Groupe Legendre.

© Les Tombées de la Nuit 2019 - Web : Made in Ben Belek