Les réseaux
© Parade © Nicolas Joubard

Les Tombées de la nuit sont repérées pour être protéiformes, et ce qui pouvait être vécu comme une contrainte est vite devenu un jeu !

Trouver sa place aussi bien dans un réseau de musiques actuelles, que dans un réseau de spectacle vivant lié à l’espace public… Réfléchir avec des partenaires de la région Bretagne, ou à l’échelle nationale et internationale…

Nous revendiquons notre participation à ces réseaux comme des lieux de croisement de pratiques, de frottement d’esthétiques et d’occasions de faire bouger les lignes…

Mettre en œuvre avec le Collectif des Festivals Engagés pour le Développement Durable et Solidaires une évaluation qualitative de nos pratiques d’actions culturelles à l’échelle de la Bretagne; accompagner un artiste, ami du festival, par une bourse à l’écriture pour la création européenne avec In Situ; affirmer nos pratiques avec les autres structures qui partagent nos doutes et nos enthousiasmes avec les membres de la Fédération des arts de la rue…

Au fil des années, nous avons fini par tisser un rapport privilégié avec la Belgique, par un aller-retour régulier dans le cadre de l’accompagnement complice de Philippe Kauffmann pour la programmation des Tombées de la nuit. En parallèle, Philippe a été invité à prendre la responsabilité de la programmation dans l’espace public de Mons 2015 capitale européenne de la culture. Il est également aujourd’hui responsable culturel de la ville de Liège pour l’organisation de la biennale Metamorphoses. D’autre part, la ville de Clermont-Ferrand vient également de le solliciter pour l’accompagner sans sa candidature au dispositif de Capitale européenne de la culture en 2020. Autant d’opportunités pour favoriser les inter-relations professionnelles, les résonnances entre projets, par-delà les frontières…

En 2016, ce sont les Pronomade(s) en Haute Garonne, une autre structure reconnue pour son travail de territoire en lien avec les habitants, qui propose à Claude Guinard une carte blanche de programmation en octobre : Rennes d’un soir.

Le festival d’été des Tombées de la nuit est aujourd’hui identifié par les professionnels comme un carrefour de projets artistiques hétéroclites, et donc carrefour professionnel de programmateurs en quête de propositions insolites et décalées… Le festival reste ce rendez-vous clef pour des professionnels, qui viennent chercher aux Tombées ce qu’ils ne trouvent pas dans les autres festivals. En 2016, nous avons notamment accueillis les représentants de Paris Quartier d’été, du Monfort Théâtre, des Subsistances à Lyon, de Mons, de scènes nationales : le Quartz, L’Equinoxe, Théâtre de Cornouailles, du festival Migration (pays de Galles), de Centres des arts de la rue : Pronomade(s) en Haute Garonne, la Paperie à Angers, Lieux publics à Marseille….

MENU