Quand Massimo Furlan embarque avec les Tombées de la Nuit
© Blue Tired Heroes © Nicolas Joubard

Les Tombées de la Nuit ont inventé leur façon de cheminer avec les artistes : pas de résidence, mais des compagnonnages qui peuvent durer. Le performeur suisse Massimo Furlan raconte cinq temps forts de son voyage avec les Tombées de la Nuit.

Septembre 2016. « Claude Guinard est venu à Lausanne pour voir un de mes projets. En le saluant, je lui renverse mon verre de vin rouge sur le pantalon. Je suis catastrophé. Avec son calme habituel, il me dit que ce n’est pas grave. Ce même calme qu’il affiche quand je lui annonce que je veux mettre une centaine de spectateurs dans un train. Alors qu’ailleurs, on te répond « je pense que ça ne va pas être possible », aux Tombées de la Nuit, on te dit : « Super intéressant, voyons comment on peut y arriver. » En tant qu’artiste, tu ne perçois pas de tension autour de toi, tu sens que tout est faisable. »

Avril 2017. « Autour de Rennes, on fait les repérages pour le spectacle Nocturne, avec Claude. Il faut qu’on trouve une ligne TER et une gare où débarquer les spectateurs. On descend au Theil-de-Bretagne : tout est éteint, tout est calme. C’est ce qu’il nous faut. Avec les Tombées de la Nuit, on a pris le temps de sillonner des gares, de trouver l’endroit parfait. Avec eux, on ne part pas de présupposés : on cherche, on essaye. Et comme ils ont une connaissance fine de la métropole, on y arrive. »

Juin 2017. « Je prépare la première de Nocturne. C’est magnifique de sentir tous les chefs d’orchestre et musiciens autour de moi. Ils se donnent à fond. Ils répondent présents parce qu’ils ont l’habitude de cette dynamique. Parce que les Tombées de la Nuit, savent créer l’envie de participer. Cet état d’esprit est génial. Parce que moi, je suis artiste, j’invente, je questionne. Et quand une structure arrive à me mettre en relation avec des gens qui ont envie de s’engager avec moi, c’est énorme. »

Octobre 2017. « Ça aurait pu s’arrêter là. Mais je présente à Claude mon nouveau projet : Blue Tired Heroes. Une déambulation participative de papis supers-héros. Je dis que ce serait parfait de trouver six grands-pères participant. Les Tombées de la Nuit me répondent qu’ils peuvent en trouver quinze. Et un casting de rêve, en plus ! L’équipe m’accompagne tout en douceur. Et bizarrement, pendant les spectacles, quand le rythme s’accélère, la machine ne s’emballe pas. Ils sont toujours là, rapides et souples, à m’aider. Simplement. »

À suivre. Juillet 2019. « Les Blue Tired Heroes sont apparus en ville lors du dernier festival. Une sacrée aventure. On n’en reste pas là. J’ai proposé une autre performance pour l’été prochain. Autour du football. Un truc un peu fou, complexe à monter. Mais quand on lance une idée, aux Tombées de la Nuit, ils n’en font pas tout un grand discours. Ils se mettent au travail et ça se fait. D’ailleurs, ils m’ont aussi mis en lien avec le TNB, où je jouerai Hospitalités, en avril prochain. »

Audrey Guiller

SUR LE MÊME SUJET
MENU
LES TOMBÉES DE LA NUIT sont soutenues par La Ville de Rennes, La Région Bretagne, Le Département Ille-et-Vilaine et le Groupe Legendre.

© Les Tombées de la Nuit 2018 - Web : Made in Ben Belek