Comme un souffle de légèreté
© Nonada © Nicolas Joubard

Il se passe des choses sur le parvis du Théâtre du vieux Saint Etienne, 14 rue d’échange. Jusqu’à dimanche 8 juillet.

Nonada

Un mât chinois, tout simple, lisse, posé devant le théâtre. Un homme tout en noir qui, tel un chat, monte au sommet sans effort apparent, tout en légèreté. À la force des bras. C’est lent, c’est gracieux, c’est poétique. Comme en apesanteur.

La musique est là, classique et douce, puis contemporaine et dynamique.

On en oublierait presque la performance physique tant cela semble facile ! Descente du mât à la force du coude, torsades, enroulées, ascension, plongeon tête la première. Bravo l’artiste !

Les mouettes ont pied

Elles sont 3, tranquilles, posées là, aussi légères que Nonada, aussi gracieuses. Leurs ailes se déploient par la grâce du vent et c’est beau.

Un 2 en 1 à découvrir et repartir léger !

Lucile Raguin

SUR LE MÊME SUJET
MENU