En direct d’Exit
© Exit © Nicolas Joubard

Hier, depuis mon balcon, avec 20 de mes amis, j’ai eu le privilège d’assister au nouveau spectacle du cirque INEXTREMISTE, pour leur première performance à Rennes, dans le cadre du festival des Tombées de la nuit.

Je me glisse entre eux et j’écoute…

« Mais que font-ils ? »

« C’est quoi cette ambulance ? »

« C’est des fous ? »

« Ils ont tous des camisoles de force »

« Quel est le message ? »

« Il faut être fou pour gonfler une montgolfière en plein coeur de Rennes »

« J’ai jamais vu une montgolfière se gonfler aussi vite »

« Ils sont pros avec ce moteur »

« C’est joli, cet orange quand la flamme illumine le ballon»

« Oui, on dirait un lampion en papier »

« C’est très joli, là »

« Mais ils sont combien à monter dans cette montgolfière ? »

« Regarde, y en a à cheval, la jambe dans le vide! »

« C’est quoi cette musique, on dirait le manège qu’on met pour calmer les bébés ! »

« C’est pour calmer les esprits ! »

« Ils me font peur, tu as vu le gars, il fait contre poids ? »

« Ils sont dingues »

« Regarde, il y en a un la tête en bas »

« Ils sont tenus par quelque chose ?»

« Oups, il est tombé»

« Je comprends mieux le terme Inextrémiste »

« J’ai eu peur !»

« Moi aussi, je flippe pour eux »

« Non, ils sont attachés »

« Tiens, y en a un qui court, il s’est détaché ? »

« Cette vue du ciel, au coucher du soleil et cette montgolfière, quelle perspective ! »

« C’est beau, poétique, j’aime »

« Il y a du vent, ils galèrent »

« Heureusement, la montgolfière est tenue par des câbles »

« La montgolfière tangue »

« Oui mais ils sont sensés être amateurs puisqu’ils sont évadés de l’asile»

« Ah oui, ça tangue quand ils montent dedans »

« Il y a encore quelqu’un dans la nacelle ? »

« J’espère bien ! »

« C’est quoi ces coups de feu ? »

« Tous morts ! »

« Massacre à la montgolfière !»

« ça sent la poudre »

« C’est mieux que la sardine ! »

« Original de monter un spectacle avec une montgolfière ! »

« J’ai trouvé ! C’est la symbolique du fou qui est attaché et qui veut s’évader, s’enfuir ! »

« Tu crois que c’est ça ? »

« Pour moi, ça parle d’évasion »

« Oui mais elle est ratée, ils sont tous morts »

« Le camion repart »

« Quoi, c’est déjà fini ?! »

 

Oui, le spectacle est fini et je laisse le mot de la fin à son créateur :

« Cela ne dépend que de nous de changer le monde ».

Jolie phrase pour conclure un joli spectacle qui se pursuit ce soir au stade Vélodrome, rue Alphonse Guérin. Une belle occasion de s’évader au coeur de la ville.

 

 

SUR LE MÊME SUJET
MENU