Color of time a mélangé couleurs et publics
© The Color of Time © Thierry Bonnet

La parade « Color of time », premier événement des « Dimanche à Rennes », a réussi à faire entrer dans la danse des participants très variés.

Place de la Mairie, ce dimanche de mai, le ciel est gris perle. Un nuage rose y éclate, puis un vert, un jaune et des dizaines et des dizaines de bouffées aux teintes éclatantes. La couleur du ciel a changé. Aux commandes de cette joyeuse tornade, la compagnie marseillaise Artonik. Elle offre au public une déambulation dansée et une chorégraphie collective sous une pluie de poudres colorées.

« On a voulu ce premier événement à l’image de ce que l’on défend à l’année, explique le directeur des Tombées de la Nuit. Un rendez-vous festif, dans l’espace public et surtout ouvert à tous. « Color of time » s’inspire de la Holi, fête hindoue des couleurs, qui fait fi des castes pour réunir tous ceux qui veulent célébrer l’arrivée du printemps.

Alors que les spectateurs observent les artistes, tout bascule. 130 habitants surgissent du public pour danser avec la compagnie Artonik. « Ils ont participé à des ateliers pour préparer cette chorégraphie surprise ».

Danser, sauter, colorer

Cette communauté éphémère de danseurs-surprises est panachée, à l’image des partenariats que les Tombées de la Nuit tissent tout au long de l’année autour d’eux. Des enfants accompagnés par des pédagogues de rue agitent les bras à côté de patients d’un service psychiatrique, d’habitants complices, de jeunes migrants, de personnes malvoyantes et d’autres malentendantes. Véronique Laville, éducatrice spécialisée au foyer de l’enfance Chrysallis, a accompagné une dizaine de jeunes placés : « Eux qui se promènent toujours dans les mêmes endroits, ça leur a permis de voir la ville autrement, de participer à un projet artistique avec d’autres citoyens, de partager de l’énergie et des émotions dans une ambiance de fête. »

L’événement est conçu pour que chacun y trouve une place : ceux qui regardent, ceux qui dansent, ceux qui colorent et se laissent colorer… « Quand je traverse la ville, je sens souvent qu’il y a moi et les autres, témoigne Amélie, danseuse complice. Là, pendant un instant en suspens, on était tous ensemble, à danser et sauter. » 5 000 personnes ensemble, bariolées aux mêmes couleurs. Quand elles ont quitté la Place de la Mairie, les pavés sont restés arc-en-ciel.

SUR LE MÊME SUJET
MENU